Reprises

Voici la page où je m’expose. J’y présente mes interprétations de morceaux que j’aime bien écouter et surtout que j’adore jouer.

Dans ces articles, je présenterai mon approche du morceau et ce qui entoure l’enregistrement. Des reprises de metal, de rock, de tout style tant que ça se joue à la guitare.

Ar Re Yaouank

Ravine

Foo Fighters

Everlong

Metallica

Master Of Puppets (album)
…And Justice For All (album)

Opeth

Blackwater Park
Demon Of The Fall
Harlequin Forest
Hope Leaves
Patterns In The Ivy II
Windowpane

Porcupine Tree

Trains

Slayer

Seasons In The Abyss (album)

Tool

Jambi
Lateralus
J’essaye de donner le meilleur de moi-même dans la performance ou la qualité de la vidéo (image / son), en fonction de mes moyens. J’ai tendance à faire les choses avec des bouts de ficelles alors bon…

Considérant que l’improvisation est essentielle et participe à la personnalisation, j’essaie de m’approprier certains tics ou d’ajouter quelques bouts. À propos des solos, certains sont restitués comme sur l’original mais la majorité sont improvisés, à la fois pour donner ma patte (même si je suis limité et que j’aime beaucoup les pentatoniques) et aussi parce que j’ai souvent la flemme de les apprendre. Lorsque le solo original est incontournable ou qu’il exige une gamme particulière, je choisis soit de l’apprendre, soit de me contenter de la rythmique (aveu de faiblesse).

Il y a toujours des pains, sinon ça serait pas drôle. Et puis, je suis pas John Petrucci non plus. Je connais mes points faibles majeurs : la propreté du jeu et surtout la rigueur. Hé c’est pour le plaisir hein !

Selon le rendu que je veux donner, le morceau peut être soit enregistré sur plusieurs pistes (avec ou sans la musique originale en fond) ou en un coup.

La première méthode impose un travail plus minutieux pendant l’enregistrement, avec la possibilité de plusieurs prises. Elle est nécessaire quand on utilise plusieurs instruments et pratique pour réparer les erreurs (même s’il en reste).

La deuxième est ma préférée. On branche l’ampli, on lance l’enregistrement, on joue, on s’arrête, on publie. Cela permet d’allier spontanéité et authenticité, tout en faisant travailler la mémoire. Cette technique en direct est plus vraie et révélatrice du niveau, sans retouche. Certes, il y a des couacs mais ça fait partie du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>