Ottawa

Rush – Clockwork Angels

Même après plus clockwork-angels_img1de quarante ans de carrière, Rush peut se targuer de toujours être dans la course et de proposer des albums frais. Tout en ayant un style propre, le groupe canadien a su transformer son jeu au fil des années. Difficile de décrire le son actuel de Rush, moins grossièrement accentué que dans les années 80 avec ses claviers, si ce n’est pour dire qu’il est toujours de qualité.

Les critiques de ce dernier album en date, Clockwork Angels, étaient plus qu’élogieuses. Alors que le trio est toujours en tournée pour promouvoir ce disque, il m’était indispensable d’acquérir celui-ci pour découvrir la formation et prendre la température de leurs dernières compositions. Il ne me restait qu’à faire mon propre avis.

Clockwork Angels est un concept album, écrit par le parolier principal du groupe, Neil Peart. Ses textes décrivent les péripéties d’un homme en quête de voyages et d’aventures. Dans un monde de machines à la Jules Verne, il lui arrive tout un tas de bricoles qui sont autant d’anecdotes enrichissantes et fascinantes. Cette histoire a donné lieu à un roman, ce qui semble logique à la vue de son caractère très fantastique.

Les illustrations du livret reprennent cette ambiance steampunk. Les aiguilles de l’horloge sur la pochette indiquent une heure bien particulière pour le groupe : 21h12.

Lire la suite

Rush – Moving Pictures

Après avoir écrit l’album Hemispheres, moving-picture_img1sa chanson titre et l’instrumentale fleuve La Villa Strangiato, Rush a choisi de lever le pied et d’adopter une formule moins fatigante. Le groupe est entré dans les années 80 avec Permanent Waves, un disque moins démonstratif et plus relâché, avec des titres plus enclins à passer en radio, à l’instar de leur tube The Spirit Of Radio.

L’année suivante, la formation canadienne sort un nouveau disque écrit avec une recette similaire. Moving Pictures remporte un succès incroyable, encore jamais égalé par les sorties suivantes du groupe à ce jour, notamment grâce aux incontournables Tom Sawyer, Limelight et YYZ. Voilà une raison de plus pour acheter ce grand classique.

Avec un pied dans les années 80, le groupe reconsidère sa formule progressive et technique, sans perdre son essence rythmique. Les mélodies sont bien entendu mises en avant et les musiciens auront une plus grande utilisation du clavier.

Le titre de l’album inclue un savoureux jeu de mots en lien avec la pochette, une fois de plus signée par Hugh Syme. Premièrement, Moving Pictures peut signifier « peintures en déplacement », d’où les déménageurs qui transportent les œuvres à un autre endroit. Les gens sur la droite qui s’émeuvent devant les peintures illustrent la seconde signification, « peintures émouvantes ». Enfin, le dos de la pochette avec une équipe de cinéma montre l’envers du décor, comme s’il s’agissait du tournage de la pochette de l’album, devant le bâtiment de l’Assemblée législative de l’Ontario à Toronto. Cette scène donne au titre son troisième sens, avec le terme « motion pictures » (« images en mouvement ») lié au cinéma.

Les peintures en question qui sont déménagées représentent l’homme nu et l’étoile rouge, symbole du groupe depuis l’album 2112 ; les Chiens jouant au poker de Coolidge ; ainsi qu’une sorcière sur le bûcher, en référence à la piste Witch Hunt. Une richesse d’illustration qui n’est pas sans rappeler les pochettes remplies de détails conceptuels de Dream Theater, groupe profondément influencé par l’œuvre de Rush.
Lire la suite

Rush – 2112

2112_img1

Il y a des albums qui restent assez mythiques dans la discographie d’un groupe. Le monument incontournable de Rush tient en quatre chiffres : 2112.

Ce titre d’album a entraîné la fascination des fans pour ce chiffre. Il donne son nom à la piste principale de l’album, longue de vingt minutes. Elle raconte l’histoire d’un homme idéaliste qui fait face à un système autoritaire où la musique créative est proscrite.

L’étoile sur la pochette de l’album est l’emblème de la « Fédération solaire », le système décrit dans les paroles de la chanson titre. L’homme nu peut s’apparenter au personnage de la chanson, qui affronte une dictature fictive et futuriste dans toute la pureté et l’innocence que symbolise sa nudité. Ce bonhomme figure aussi sur la pochette de l’album Hemispheres, sorti deux ans plus tard.

2112 n’est pas pour autant un concept album, puisqu’il comporte aussi une poignée de chansons, plus courtes, sur l’autre face du disque. Elle ne sont pas liées à l’histoire de la piste éponyme.

Cet album est considéré comme la référence de Rush et figure parmi les meilleurs albums de rock progressif de tous les temps. Pour découvrir le groupe à mon arrivée au Canada, c’était l’œuvre à posséder absolument.
Lire la suite

Metallica – Quebec Magnetic

P1020174Depuis la sortie de l’album de leur retour, Death Magnetic, on ne compte plus les captations en concert que Metallica a dévoilé. Un DVD en France aux Arènes de Nîmes (Français pour une nuit), un DVD au Mexique (Orgullo, Pasión, y Gloria: Tres Noches en la Ciudad de México), un DVD en Bulgarie à l’occasion de la tournée du Big Four, et maintenant ce DVD au Québec, qui, contrairement aux autres, sort trois ans après son enregistrement sur scène.

Au total, quatre produits live pris sur la tournée World Magnetic, sans parler du prochain film 3D enregistré à Vancouver l’an dernier. Il faut dire que le groupe n’est pas aussi avare en concerts qu’en album studio, ce qui explique que les enregistrements live fleurissent davantage.

Par ailleurs, même si je dis « album de retour », je pense que Metallica a toujours été présent sur la scène. Disons qu’après St. Anger et avec la bonne réception de Death Magnetic, le groupe revient relativement des enfers. On imagine bien qu’il veuille faire durer le plaisir.

Qu’est-ce que cet unième DVD peut apporter de nouveau ? Il a été enregistré à Québec, et cette particularité est tout ce qui comptait pour moi quand je l’ai acheté. En séjour pendant quelques mois à Montréal, c’était un peu l’occasion de saisir cet objet, d’autant plus que son prix était très attractif. Seulement 12$ (sans taxes), soit environ 10€, comparé aux autres DVDs du magasin qui affichaient le double. Il fallait toutefois bien vérifier le code région pour que disque soit lisible partout dans le monde.

Hormis cette préférence locale, la particularité de ce disque est aussi qu’il est le premier article sorti par le groupe sous son propre label, Blackened Recordings. On peut facilement ironiser en disant que Metallica est devenu un groupe indé.

Lire la suite

Rush

De gauche à droite : A. Lifeson, N. Peart, G. Lee

De gauche à droite : A. Lifeson, N. Peart, G. Lee

D’un pays à l’autre, certains groupes sont plus connus que d’autres. La sauce prend ou ne prend pas, sans que l’on sache toujours pourquoi, que ce soit mérité ou non. C’est toute l’histoire de la France avec Rush.

Ce groupe canadien de hard rock progressif est considéré comme une formation de légende, telle que Led Zeppelin, en Amérique du Nord comme dans les autres pays européens, alors que l’Hexagone ne participe pas du tout à leur succès. Tandis que, de Londres à l’Ontario, les plus grandes salles sont pleines, les ventes dans notre pays sont faiblardes et le dernier concert français du groupe remonte à 1992.

Une grande frustration pour les fans de ce groupe ô combien fantastique, fondé en 1968. Fort d’une carrière de quarante ans, Rush aura traversé les décennies sans commettre aucune faute de parcours.

Leur style aura connu bien des modes : le rock progressif des années 70, des synthétiseurs kitsch des années 80, le hard rock teinté de metal d’aujourd’hui. Cependant, le sens de la mélodie et du rythme tortueux reste impeccable et reconnaissable quelque soit l’époque.

Lire la suite

Québec Cité

Chutes Montmorency

The Place Beyond The Pines

If you ride like lightning, you’re going to crash like thunder.

place-beyond-pines_img1Après le succès de Drive, on avait ouvert la voie vers la Gosling-mania. Voilà que le Canadien devient le nouveau sex symbol d’Hollywood, d’après un engouement que l’on sait capricieux et éphémère. Il n’en tient qu’à l’acteur, s’il a suffisamment de recul et d’intelligence, pour ne pas rester cloisonné là où on l’attend. D’autres stars comme Brad Pitt, Leonardo DiCaprio, ou Ben Affleck derrière la caméra, on su transformer l’essai et ne pas rester cantonnés à leur image de beau gosse.

À la suite du film de Winding Refn, Ryan Gosling réapparaît aux côtés d’un réalisateur qu’il connaît bien, Derek Cianfrance. Le duo s’est déjà rencontré pour Blue Valentine. À croire que l’acteur a une relation particulière avec ses metteurs en scène.

Dans ce nouveau film, intitulé The Place Beyond The Pines, l’acteur apparaît décoloré, tatoué à l’excès, en bandit minable ayant troqué sa panoplie de chauffeur contre le casque de moto. S’agit-il d’un Drive bis ? Non, mais plus grâce au scénario de Cianfrance qu’à la performance de la star.

En lisant les critiques avant de voir le film, j’ai tout de suite été averti que l’intrigue ne devait pas être dévoilée pour mieux apprécier le film, tant les rebondissements sont puissants. Par conséquent, si vous n’avez pas déjà vu The Place Beyond The Pines, je vous invite, dans un premier temps, à réparer votre erreur dès que possible, mais surtout à lire la suite quand même, car je resterai discret et allusif, sans rien révéler sur ces tournants.
Lire la suite

System Of A Down – System Of A Down

P1010621

Avant de l’acheter quasiment sur un coup de tête, je voyais cet album comme un OVNI totalement bordélique, décalé et torturé. J’avais une image très floue de ce premier disque de System Of A Down, avant de découvrir davantage de morceaux lors de leur concert à Bercy en 2011 pour leur retour sur les planches.

En effet, la fin du concert faisait le part belle à cet album éponyme, avec la pochette de cette main qui remplissait le fond de la scène. J’avais pu découvrir d’autres morceaux que Sugar et War?, comme Suite-Pee mais surtout P.L.U.C.K ou Darts qui m’ont pas mal marqué sans connaître. Réécoutant occasionnellement ces titres, je me suis laissé tenter par une promo sans trop réfléchir. Ai-je eu tort ? Les réponses suivent.

Plus encore que dans les albums suivants, cet opus des musiciens américains d’origine d’arménienne, sobrement intitulé System Of A Down, laisse s’exprimer tout l’engagement du groupe contre les mensonges des gouvernements et la manipulation des hommes. Le groupe tient toujours dans son viseur la guerre, la culture de la peur, le contrôle des masses, la négation du génocide arménien.

Des notes présentes dans le livret se font l’extension des paroles et appellent à la révolte, pour saisir ce qui nous oppresse, à l’instar de la main de la pochette, issue d’affiches communistes placardées en Allemagne contre le Troisième Reich. Le message est le même : utiliser nos forces pour riposter et contrer nos ennemis.
Lire la suite

Machine Head – Burn My Eyes

P1010625Avant que l’album The Blackening en 2007 ne deviennent la nouvelle pierre angulaire de la carrière du groupe, le premier disque Burn My Eyes était l’œuvre de référence qui a suivi la carrière sinueuse du Machine Head. Sorti en 1994, ce disque produit par Roadrunner Record leur a permis de décoller, grâce à un succès vif du fait de la violence de ses pistes féroces. Il est encore aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs du groupe.

Je m’étais décidé à l’acheter car c’est une pièce importante du groupe, même si mes premières écoutes ne m’ont convaincu à cause du son trop brutal, noir et étouffant. Leur prestation au Bloodstock en 2012, dont le concert était par la suite librement diffusé, où le groupe fêtait les vingt ans de son premier concert en interprétant des morceaux issus de ce disque, a été un élément déclencheur pour le posséder.

Les thèmes de l’album tournent autour de la violence sociale et de la rébellion. De par ses paroles vindicatives, Burn My Eyes fait le constat morose d’une société à cran et sur le point d’exploser.

Lire la suite