Matos

Lorsque l’on regarde des vidéos de reprise, c’est la première chose à laquelle on pense. Avec quoi tu joues ?

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter le plus important : les guitares.

gear1

De gauche à droite : Squier, Ibanez RG3550MZ, Ibanez RG7321, Ibanez folk

  • Ibanez RG 3550MZ Prestige

Ma guitare la plus récente, achetée le 28 décembre 2011. Baptisée Il Falco Virtuoso ou tout simplement Falco (oui, je donne des noms à mes grattes), c’est pour moi une guitare ultime. Elle a cette facilité d’accès qu’ont les Ibanez, grâce à leur manche fin.

La plus-value par rapport à mes autres guitares : le Floyd Rose bien sûr, ainsi que les micros DiMarzio. Deux symboles de qualité mécanique.

Un son propre, une polyvalence fluide, un accès facile aux aigus, un manche rapide, une gueule du tonnerre avec ses dent de scie sur les touches érable. Bref, un condensé de tout ce que j’aime, en une guitare.

  • Ibanez RG 7321

Ma troisième guitare, dans la famille depuis le 23 février 2008. Sa spécificité ? Elle possède sept cordes, avec un Si grave. Vous comprendrez pourquoi je l’ai nommée Seth, pas seulement pour le dieu égyptien maléfique. La corde supplémentaire est très pratique pour élargir son répertoire (notamment avec des titres de Dream Theater), capter de nouvelles sonorités et jouer plus grave sans désaccorder ses autres guitares.

C’est la guitare qui a scellé mon amour pour la marque Ibanez. J’ai découvert le confort de son manche permettant un accès génial aux aigus, jusqu’à 24 cases. Grâce au manche fin, la corde supplémentaire ne constitue pas un handicap et il est très facile de naviguer.

Pour les bémols, je constaterai le manque de polyvalence (avec une 7 cordes, on ne peut pas tout jouer de la même façon) et surtout le son trop brouillon, manquant un peu de finesse, néanmoins brutal. Si vous aimez bidouiller, changez les micros.

  • Squier Stratocaster

Ma première guitare électrique, fidèle depuis le 1er décembre 2004, sur laquelle j’ai joué de tout et avec passion. Passer de l’acoustique à l’électrique, c’est un grand moment. Cette Squier by Fender grise / noire, baptisée Octavio alias El Lobo Impetuoso, est idéale pour ceux qui veulent une guitare solide pour commencer, avec un bon rapport qualité / prix.

Cette guitare est très polyvalente et accessible sous tous les rapports. Moins contraignante que les deux Ibanez électriques, je peux la désaccorder à loisir pour changer de sonorité. Elle ne joue forcément pas dans la même cour que les Ibanez, mais on peut réellement s’amuser dessus, en matière de registre, de répertoire et de tonalité.

  • Ibanez folk

Ma toute première guitare et mon infaillible acoustique, acquise un beau Noël 2003 grâce à mon frère. J’ai fait mes débuts dessus, durci la pulpe des doigts et appris mes premiers morceaux avec Romu. J’ai plus tard intitulé cette guitare folk Victoria, d’après le concept album Metropolis 2: Scenes From A Memory de Dream Theater.

Cette gratte est très utile pour toucher à un répertoire débranché, sans l’attirail électrique, pour avoir un son propre et calme. Elle permet de jouer des ballades douces dotées d’airs cristallins ou des titres plus cadencés. Une sonorité acoustique plus charmante et indispensable pour tout guitariste, sur guitare classique ou folk.

gear2

Au final, la part belle est donnée aux Ibanez, ma marque préférée en termes de rapidité et d’accessibilité sur le manche, tout comme pour l’esthétique de la guitare. Une belle brochette avec laquelle je m’évade dans des registres et des sonorités différentes d’une guitare à l’autre. Chacune à sa spécificité et son charme.

Amplis et effets

Je possède aussi deux amplis Marshall MG DFX.

  • Un petit 15W, utile pour débuter, répéter sans faire trop de boucan, s’entraîner avant de passer au stade supérieur.
  • Un 100W pour mettre la ouache un peu partout, dans la chambre, dans les bars, dans le jardin (réglez ça avec votre voisin). La puissance exigée pour jouer dans des concerts.

Je n’ai pas de pédales supplémentaires pour les effets autres que ceux intégrés aux amplis. La disto, le chorus, le delay, le flanger, la reverb, le clean, le crunch, tout est dans le 100W et ça me suffit.

Cependant, j’ai une pédale Wha de chez Cry Baby. Un classique indispensable pour tous les gratteux, pour faire chanter sa guitare et s’amuser à caler du groove. Incontournable pour jouer du Jimi Hendrix ou des solos de Kirk Hammett, entre autres.

Enregistrement

Pour m’enregistrer, j’utilise deux micros Shure, branchés à une table de mixage reliée à Audacity.

  • Un SM58, le nec plus ultra pour le chant.
  • Un SM57, la même chose mais pour les instruments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>