Alter Bridge + Gojira – Munich – 10/12/2016

Groupe : Alter Bridge
Date : Samedi 10 décembre 2016
Lieu : Zenith
Ville : Munich
Première
partie :
Gojira
Like A Storm

ab-gojira-munich_photo1C’est une affiche qui peut paraître étonnante : le metal alternatif à la Nickelback d’Alter Bridge aux côtés du death progressif organique de Gojira. Les fans des uns se bouchent le nez pendant que ceux des autres parlent de trahison. Cette rencontre n’a pas pourtant rien d’une coïncidence, car le chanteur américain Myles Kennedy est fan des frenchies écolo qui eux, ont toujours souhaité dépasser les frontières et proposer leur musique intestine à un public non spécialisé, étranger aux musiques extrêmes.

Pour ma part, je n’y ai vu que l’occasion de voir en une soirée deux groupes que j’adore. Gojira ne passait pas par Prague pour la tournée européenne de leur dernier album Magma, et je n’avais vu Alter Bridge qu’au Hellfest (en 2011 et en 2014) jusqu’ici. J’ai aussi profité de l’événement pour visiter la capitale bavaroise de Munich avec mon Alsacienne.

À cette époque de l’année, les marchés de Noël fleurissaient en Allemagne. Après avoir rencontré Saint Nicolas, nous sommes arrivés dans la soirée dans la salle du Zenith. L’ancien hangar ferroviaire pouvant accueillir 7 000 personnes donne un côté industriel avec des poutres métalliques, ce qui ne laissait rien présager de bon en termes de sonorisation. Notons également l’escroquerie du vestiaire à 3€ la veste qui a fait très mal au porte-monnaie, de quoi nous décourager de prendre des pintes de bières à peine plus chers.

Like A Storm, le premier groupe à jouer ce soir à 19h30, avait accompagné Alter Bridge pendant toute leur tournée européenne. La formation néo-zélandaise est dans une veine metal alternative en phase avec Alter Bridge, avec un chant énervé et mélodique. Elle nous a fait également entendre du didgeridoo, ce qui n’est pas tellement conventionnel. Leur style était plutôt efficace et puissant, chauffant bien le public avec une bonne présence et des effets de fumées sur scène. Pour mieux mettre le feu, Like A Storm s’est également approprié une reprise d’AC/DC, T.N.T.

Gojira

Il s’agissait de mon sixième concert de Gojira et de mon premier hors de France. Les conditions n’étaient malheureusement pas réunies pour que j’en garde un souvenir impérissable. En effet, le public s’était accumulé, et nous avons eu du mal à nous approcher de la scène car la fosse était coupée en deux. La partie la plus proche de la scène n’était accessible que sur présentation de billets spéciaux apparemment, ce à quoi je ne m’attendais pas.

Résultat : nous n’avions aucune visibilité sur la scène, et le public autour de nous n’était pas venu voir Gojira et restait statique. Un concert de Gojira sans bouillonnement de la foule, ni headbang ni pogo, est comme une pizza sans garniture : on perd l’essentiel.

Deuxième inconvénient : le son n’était définitivement pas adapté. Si le concert précédent sonnait plutôt correctement, le mur sonique et rythmique de Gojira n’était pas très agréable à l’écoute. Je doute que l’assistance qui ne connaissait pas le groupe ait gardé une bonne impression de leur musique.

Malgré cette frustration, la prestation du groupe, ce que j’ai pu en voir, était carrée et faisait honneur à leur réputation solide. Le manque de visibilité et d’agitation autour de moi ne m’ont pas empêché d’agiter la tête sur les nouveaux morceaux de Magma comme les vieux comme Backbone, toujours aussi fracassant et brutal, ou Vacuity.

Le rythme chancelant de Stranded à la Walk de Pantera a fait son petit effet et se démarque davantage en concert. J’étais également heureux d’entendre The Cell et Silvera qui sont les morceaux que je préfère du nouvel album.

Pas de grand écran pour étayer leur univers visuel comme pour leurs concerts en tête d’affiche. Ici, une simple toile de fond noire donnait le nom de Gojira. Quant à la communication, Joe Duplantier était un peu maladroit et timide, balbutiant des présentations banales à un public qui ne lui était pas acquis. Le groupe aime le challenge, et je souhaite que cela porte ses fruits car il mérite une audience large.

Set list

  • Toxic Garbage Island
  • L’Enfant sauvage
  • Silvera
  • Stranded
  • The Cell
  • Backbone
  • The Shooting Star
  • Vacuity

Alter Bridge

En grappillant quelques places plus centrées et plus en avant, nous étions parvenu à avoir une meilleure vue sur la scène. Après une introduction sombre sur l’écran géant, P1070067Alter Bridge a fait une entrée fracassante autour de 21h avec le morceau The Writing On The Wall, un morceau direct du dernier album qui passe bien en ouverture. The Last Hero, chroniqué par votre serviteur, était sorti deux mois auparavant, de quoi laisser au public le temps d’apprivoiser les nouvelles chansons (pour ceux qui n’avait pas écouté l’album avant sa sortie officielle).

Come To Life, le titre ultra efficace tiré de Blackbird, a soufflé à nouveau sur les flammes pour bien démarrer le début du concert. Il était d’autant plus étonnant d’entendre The Other Side qui est un titre plus plat, sombre et lent. Sa prestation n’a pourtant pas ruiné la dynamique.

Le public répondait bien aux morceaux, et nous avions des voisins plutôt motivés, ce qui faisait plaisir à voir. Toutefois, la distance ne permettait pas d’être complètement dans le show, et les écrans géants ne montraient pas des images rapprochées du groupe faute de caméras.

Encore une fois, le son a fait défaut. La batterie surimposée (et il faut dire que Scott Philips n’y a pas été de main morte) et les basses trop fortes ont un peu plombé l’écoute et l’expérience, sans pour autant être affreux. Les riffs étaient parfois méconnaissables dû au son brouillon fatigant. Il fallait bien connaître les morceaux pour apprécier correctement. Le chant était plutôt bien audible, de quoi nous assurer que Myles Kennedy a donné une bonne performance.

P1070063Ses compères Brian Marshall et le virtuose Mark Tremonti ont bien tenu la scène avec une forte présence et quelques coups d’œil complices avec le public. Myles s’est même amusé avec l’éclairagiste un peu maladroit un bref instant. Les deux guitaristes ont très bien assuré, et je me plaisais à suivre les solos entre deux têtes devant moi.

Les autres titres de la set list ont également fait apparaître des bons morceaux du dernier album comme Crows On A Wire ou Island Of Fools, très puissants. J’étais déçu de ne pas entendre Twilight, ou même le morceau titre The Last Hero.

My Champion était immanquable et bien sympathique. Il a donné une bonne respiration au concert, tout comme l’interprétation de Myles Kennedy sur Watch Over You en solo avec la guitare acoustique et un public très en voix. C’était également la première fois que j’entendais Open Your Eyes, un des premiers morceaux « tube » du groupe sur le premier album One Day Remains. Ce fut un plaisir d’entendre cette accroche FM !

Le morceau star foudroyant Metalingus a permis au chanteur de présenter Brian et Scott sur l’introduction et de se rapprocher davantage du public, sans guitare aux mains. Lorsque j’avais vu le groupe en festival, ce morceau leur permettait de mieux chauffer le public, tout comme White Knuckles, ici absente de la set list. Pour ce concert, Alter Bridge n’a pas joué avec la foule comme j’avais pu le voir.

Enfin, Waters Rising a fait entendre Mark Tremonti en chant principal, très puissant sur le deuxième refrain. Cette interprétation n’a toutefois pas enterré mon souvenir du Hellfest en 2014 où les jets d’eau s’étaient allumés au même moment pour nous rafraîchir. De même, Blackbird ne m’a pas autant transporté que la première fois où la surprise avait été totale. J’ai quand même savouré les solos, bien évidemment.

P1070061
Le morceau phare de l’album Show Me A Leader a rouvert le rappel avec son introduction explosive, ce qui était un choix judicieux pour un public déjà chaud. Les deux guitaristes se sont lancés dans un duel de solos de guitare qui m’a surtout permis de les photographier proprement lorsqu’ils ne bougeaient pas beaucoup et avec une lumière stable, avant que Rise Today ne termine la soirée en laissant son refrain imprimé dans la tête des fans après le concert.

Conclusion

Au bout de deux heures de concert, le spectacle a été complet, bien qu’un peu terni par quelques inconvénients de son et de distance. Je garde de meilleurs souvenirs des concerts précédents, pour Alter Bridge comme pour Gojira, mais nous avons tout de même passé une bonne putain de soirée !

Set list

  • The Writing On The Wall
  • P1070042

  • Come To Life
  • The Other Side
  • Addicted To Pain
  • Ghost Of Days Gone By
  • Cry Of Achilles
  • Crows On A Wire
  • Ties That Bind
  • Waters Rising
  • My Champion
  • Watch Over You
  • Island Of Fools
  • Isolation
  • Blackbird
  • Metalingus
  • Open Your Eyes
  • Show Me a Leader
  • Rise Today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>